Actualités

IMG_1225

Jeudi 31 janvier 2019 20H

« Du 29 janvier au 4 février, c’est la semaine du Son à Bruxelles. En tant que praticienne du son, c’est avec un grand plaisir que je partagerai mon expérience avec vous : durant cette conférence nous voyagerons au travers le monde grâce aux recherches de Pat Moffitt Cook, qui étudie depuis 35 ans l’utilisation des sons et de la musique à des fins thérapeutiques dans les sociétés traditionnelles. Nous goûterons aux paysages sonores de Bernie Krause, qui nous témoignent combien l’harmonie est (était) l’état naturel du monde ! Grâce à Fabien Maman, musicien et acupuncture, nous découvrons l’impact du son sur nos cellules. Cette recherche faite en 1981, documentées dans son livre « Le Tao du Son » fait de Fabien un père fondateur de la thérapie sonore actuelle. Peter Hess, créateur du massage sonore, s’est intéressé au fonctionnement des bols chantants et de leurs effets sur l’homme. Ces connaissances nouvelles ou millénaires que notre bruyante civilisation nous fait oublier…Venez les découvrir durant cette conférence interactive. Estelle Bieswal
Inscriptions en M.P. gratuit »

 

Affiche Souffles croisés HD

Jeudi 21 février 2019 à 19H30

Projection du film suivi d’un mini concert. Inscription indispensable:  estelab3@me.com

participation libre

Souffles croisés
Flûtes à bec en terres inconnues
 
1997. Au Volontariat de Pondichéry en Inde, quatre enfants découvrent la flûte à bec grâce à Anne-Marie Paillard qui a consacré 14 ans de sa vie à leur enseigner la musique.
Vingt ans plus tard, Nathalie Houtman et Laura Pok, flûtistes à bec elles aussi, retracent leur parcours hors du commun.
Un documentaire émouvant et optimiste qui témoigne de l’universalité de la musique au delà des barrières culturelles.

Voici un lien youtube avec un extrait de notre documentaire: 

Le DuoNathalie Houtman et Laura Pok jouent ensemble depuis l’enfance. Après leurs études de flûte à bec dans la classe de Frédéric de Roos au conservatoire Royal de Bruxelles, elles fondent l’ensemble Laterna Magica qui se spécialise dans la musique des 17ème et 18ème siècles. En 2013, elles décident de se lancer en duo dans des projets plus créatifs. C’est ainsi que naît en 2014 le spectacle « Face à Face » et en 2016  » Souvent Femme Varie ». Elles voyagent beaucoup à l’étager pour transmettre leur passion de la musique. Elles décident en 2017 de créer un cycle de documentaires sur l’enseignement de la flûte à bec hors des frontières Européennes. Le premier volet de ce cycle  » Souffles Croisés » est dédié à l’Inde.

My Post-38

Mercredi 20 mars 2019 19H30


almapola conférence


IMG_1075


 

 

IMG_1201


 


Conférence

Les bienfaits du son et de la musique 

Mercredi 12 septembre à 20H
3E89813C-E27E-4ECD-9950-6B22A34E2017


 

Equinoxe, une journée pour s’accorder…

Dimanche 23 septembre de 10H à 17H

IMG_4112

Le Soleil descend, les matins brumeux réapparaissent, les arbres flamboient la chaleur de l’été. L’automne, c’est le moment où l’énergie Yin croît. Le mouvement vital se retourne vers les profondeurs de la Terre, d’où l’importance de restaurer son intériorité afin de se préparer aux rudesses hivernales. L’automne en médecine chinoise c’est la saison de l’élément métal et des méridiens poumons et gros intestins. Quatre journées sont au programme de cette année:  prochaine journée: Solstice d’hiver dimanche 16 décembre

Au programme de cette journée: ralentir, ressentir, écouter, observer, apprendre, s’harmoniser pour vivre ce que la Nature nous enseigne…il y aura des temps de méditation, relaxation, création.  Pratique à l’extérieur et à l’intérieur.
Prix 75€


Jeudi 27 septembre de 19H30

harmonistation automne

Une harmonisation TamaDo a pour objectif de nous faciliter notre connexion à nous-mêmes, aux autres et aux forces universelles. Cette nouvelle approche nous invite, grâce aux sons de la Nature et des instruments acoustiques à un moment de détente profonde pour nos corps et esprits contractés et agités. Celle-Ci nous ouvre à une expérience d’expansion. Nous sommes le Son, nous sommes Un avec l’Univers. Avec Nathalie Houtman et Estelle Bieswal

Prix 18€ et 15€ en pré-vente

 



affiche le tao du son

Le Tao du Son : un atelier pour explorer les fondements du son et de son utilisation thérapeutique

Samedi 13 janvier de 13H à 17H

Un atelier au cours duquel nous approfondirons la vision et le travail de Fabien Maman, père fondateur de la thérapie vibratoire.

Nous découvrirons comment utiliser la part subtile des sons pour retrouver un équilibre et s’harmoniser avec son environnement.

Pourquoi la musique est-elle si essentielle ? quel est son bénéfice véritable sur notre santé ? Et pourquoi portons nous de plus en plus d’intérêts aux soins vibratoires ?

Pour répondre à ces questions, nous explorerons différents types de pratiques pour mieux comprendre les relations entre les différentes notes et leurs effets tant sur nos cellules que nos énergies vitales.


 

Samedi 13 janvier de 19H30 à 21H avec Lorne Auber


harmonisation sonore

Un concert profond et subtil où chaque instrument délivre avec délicatesse ses harmoniques pour nous conduire à une expansion totale.

Prix  12€ en pré-vente 15€ sur place. (Réservation souhaitée)


Dimanche 14 janvier de 9H30 à 12H avec Lorne Auber

Qi-Gong Tao Yin FaQi-gong

Au cours de cette matinée, nous approfondirons le Qi Cong créé par Fabien Maman et notamment la série I des Dao Yin Fa qui allie l’étirement des méridiens d’acupuncture à leur Couleur respective et à leur Son propre.

Cette pratique originale développée par l’académie Tama-Do permet à l’énergie vitale de circuler harmonieusement dans les différents organes et méridiens correspondant, afin de permettre une profonde harmonisation de notre corps éthérique, l’enveloppe fondamentale de nos corps subtiles.

Cette demie-journée s’adresse à tous, novice ou personne ayant déjà sa propre pratique, l’opportunité d’approfondir sa compréhension de l’énergie et de réaliser la perfection de l’alliance du Son, de la Couleur et du Mouvement.

Cette matinée sera encadrée par Lorne Auber, qui après avoir pratiqué l’ostéopathie et l’acupuncture, se dédie aujourd’hui à l’approche subtile et complète de TamaDo.

Prix pour la matinée de 9H à 12H: 50€


Inscription et renseignements Estelle Bieswal 0485/646835 ou estelab3@me.com

Tarif “Pack les 2 ateliers et l’harmonisation” : 95€ pour l’atelier sur le Tao Du Son et la matinée de Qi Gong, si la totalité de la somme est réglée avant le 13 décembre et sans possibilité de remboursement

Lorne Auber est diplômé de TAMADO en 2014, d’Acupuncture par l’IEATC, la FNMTC & le CREAT en 2007, d’Ostéopathie énergétique par OAK en 2003 et de Kinésithérapie en 1999.

Lorne Auber viendra de Montréal.


Pourquoi les séances d’essai sont-elles impossibles au jeu de peindre ?

1 octobre 2018

863EB264-4795-43BD-B5C6-3C1E1C1D9DE8

Nous pouvons essayer un vêtement, un cours, une méthode, néanmoins nous ne pouvons essayer un voyage, ni la Vie… Et le jeu de peindre n’est ni un cours, ni une méthode, le jeu de peindre est un voyage au plus profond de nous qui nous emmène à l’origine de notre incarnation.Les inscriptions sont annuelles. Une année peut sembler longue à ceux et celles qui pensent que l’engagement nuit à leur liberté… Toutefois c’est uniquement la régularité qui nous libérera de nos nombreux conditionnements. Y venir pour une séance hebdomadaire durant une année amorcera une profonde transformation…

Pour certains, ce processus d’expression naturelle est très enfoui et il sera nécessaire de se désencombrer pour que la spontanéité émerge, ainsi que la joie qui accompagne ce processus unique d’expression. Voir les croyances limitantes qui nous entravent ou voir celles de nos enfants est une belle opportunité de les transformer et de restaurer cette confiance profonde en nos capacités naturelles. Ce sont souvent des expériences très précoces, dont on n’a parfois pas conscience, qui ont inhibé notre spontanéité. Les comparaisons, les attentes de résultats, les louanges, la croyance que la trace est seulement de la communication, les ateliers de barbouillage, … toutes ces expériences stérilisent un potentiel gigantesque qui est en chacun de nous. La capacité de tracer fait partie des capacités innées de l’être humain. Les 12 voyages d’Arno Stern auprès des peuples sans écriture qui vivent en harmonie avec la nature en apportent une preuve tangible. Espérons que les adultes prendront conscience de tout ce qu’ils déstabilisent chez l’enfant par le genre d’attitudes et de pratiques citées ci-avant. Un enfant doute de lui et perd sa spontanéité créative quand il n’a pas répondu aux attentes erronées des adultes qui l’entourent. 

Pour certaines personnes, il suffit de quelques séances, dans la structure particulière du jeu de peindre, pour que s’exprime ce Tracé, qu’Arno Stern a nommé la Formulation. Cependant, même pour celles-ci, ce n’est que dans la continuité que les bénéfices du jeu de peindre se ressentent. Vivre une heure et demie par semaine durant une année, dans un lieu où l’autre n’est pas là pour approuver ou désapprouver ce que l’on fait et où l’on partage nos différences sociales, culturelles et d’âges, sans intrusion, sans compétition et sans comparaison, est déjà exceptionnel en soi. Ce va-et-vient entre l’espace collectif qu’est la table-palette et l’espace unique qu’est notre feuille, est une expérience qui nous fait vivre ce que notre biologie espère depuis la nuit des temps, depuis la création de notre première cellule : un espace de sécurité et de respect dans lequel la croissance vient spontanément. Cette capacité d’être co-créateur, cette infinitude et cette plénitude nous constituent et sont inscrites dans la mémoire universelle de nos origines.

« En outre, vous devez savoir que pour vivre pleinement votre vitalité, il faut davantage que simplement vous débarrasser des stress de l’existence. Dans la séquence croissance–défense, l’élimination du stress vous amène seulement au point neutre. Pour vous épanouir, nous devons non seulement éliminer le stress, mais aussi chercher activement à vivre dans la joie,  l’Amour et la satisfaction afin de stimuler le processus de croissance. » Bruce Lipton, la biologie des croyances

C’est précisément à cette mémoire originelle et organique, commune à toute l’humanité, que le jeu de peindre donne l’opportunité de se reconnecter et d’exprimer au travers de la Trace…

Je rencontre parfois des personnes qui me disent : « Oui le jeu de peindre, je connais, j’ai fait une séance d’essai ». Le plus triste, pour ces personnes, c’est de rester enfermées dans le fantasme de connaître quelque chose parce qu’elles en ont fait l’essai. Tout comme certaines personnes clament « oui l’Afrique, je connais » ou l’expression raccourcie qui en dit long « j’ai fait l’Afrique ! » parce qu’elles y ont séjourné quelques semaines en ayant l’illusion que cette courte expérience, souvent hors contexte, leur apporte la connaissance de tout un continent et de ses différentes cultures ! Ou de prétendre connaître une personne pour l’avoir côtoyée quelque temps… Ces illusions sont le travers de notre société de consommation… Elles contribuent à augmenter l’état d’insatisfaction qui y règne.

D’où viennent ces états d’insatiabilité, ces changements constants, ces recherches effrénées de technologies nouvelles, cette fuite vers l’avant ? Nous n’avons tout simplement plus confiance en nos capacités biologiques, ni en celles de nos enfants. Les effets pervers qui en découlent nous ont amenés à un cercle vicieux de consommation, à rechercher une satisfaction extérieure et détruire toute une planète ! Cette connaissance est en nous et il ne tient qu’à nous de lui donner l’environnement nécessaire à sa renaissance ! 

Le premier besoin pour faire germer toute chose, que ce soit la graine ou la confiance, c’est de créer un climat de quiétude et de stabilité. 

La stabilité n’est ni de la rigidité ni de l’inertie. Elle pose l’esprit, tant celui des enfants que celui des adultes. Quand, en pensant nous écouter et nous respecter, nous nous demandons chaque semaine : « Vais-je aller au jeu de peindre ? » Nous connaissons tous ces petites voix qui freinent nos aspirations, qui nous disent de rester au lit car nous sommes tellement fatigués ce matin. Puis la semaine d’après, c’est un rhume, « ce n’est pas bon de sortir ! ». Nous avons tous des milliers de raisons de reporter nos élans. Malheureusement l’écoute de ce bavardage incessant nous entraîne dans notre propre esclavage. Notre mental déteste le bouleversement énergétique qu’apporte la puissance de l’engagement.

La même erreur, très fréquente chez les parents très bien intentionnés qui ont peur de « blesser » leurs enfants, et qui consiste à demander constamment à leur enfant ce qu’il veut manger, ce qu’il veut faire, ce qu’il aime et allant jusqu’à lui demander ce qu’eux-mêmes doivent faire… Vous connaissez certainement des enfants qui vivent cette situation, une énorme tension et frustration se lit sur leur visage !

« Une attention parentale qui engendre des signaux plus nombreux et plus intenses chez l’enfant est donc une forme d’attention tout à fait inadéquate ». Plus tard les enfants les plus frustrés et les plus « contrariants » se comporteront de manière asociale pour signifier qu’on leur montre comment coopérer » Jean Liedloff 

Les allées et venues de personnes qui « essaient » ce jeu apportent l’insécurité et réfugient les individus dans leurs carapaces sociales. Celles-ci sont tellement grandes et habituelles que peu de personnes sont conscientes que c’est un tout autre « jeu » qui se joue là et qui n’a plus rien à voir avec le jeu de peindre. La certitude, par exemple qu’on ne sera ni jugé, ni évalué, ni même comparé, a besoin de temps comme l’assurance qu’en ce lieu abrité, personne ne trahira cette confiance. Quand elles viennent se joindre à un groupe déjà constitué et engagé, leurs regards curieux importunent l’espace commun par le questionnement qu’ils posent sur leur propre engagement. L’expression de la Formulation nécessite une intimité sans précédent: « Sans regard sur l’extérieur… Aucune sollicitation, aucune influence, n’assaille la personne dans cet espace protégé. » A. Stern . Car jamais l’essai ne sera porteur de l’évidence de ce jeu. « Dans la prodigieuse quiétude du Closlieu, chaque individu accède à une langue maternelle insoupçonnée, celle de la mémoire organique que, à son insu, il porte en lui » A. Stern 

Le rôle si important du praticien servant, qui est d’être aux services des personnes au sein d’une structure dans lequel il a lui-même confiance et d’en être le garant, est lui aussi mis en doute… Le besoin de stabilité est un besoin vital. Beaucoup de nouveaux praticiens servants pensent que leur liberté est mise en jeu dans l’application d’une structure telle que celle du jeu de peindre. Pourtant l’obéissance n’est pas la soumission (obéir vient du latin oboedire : prêter l’oreille). En prêtant l’oreille, en écoutant la personne qui a tant d’années d’expériences, en l’occurrence ici Arno Stern, on reçoit, par son exemple, cette transmission et on bénéficie de cette connaissance nouvelle. La liberté est soutenue par la structure comme notre squelette soutient nos muscles dans notre liberté de mouvement. Nous avons tellement pris l’habitude séculaire de nous soumettre ou de nous rebeller —ce qui revient au même — à une hiérarchie fictive car humaine, qu’elle soit représentée par des institutions ou des personnes physiques, que nous en avons oublié cette alliance mystérieuse entre la liberté et la structure. Nous avons tellement pris la mauvaise habitude de nous rebeller contre les lois naturelles de la Vie que nous détruisons celle-ci, sans conscience, en nous comme autour de nous. L’expérience nous démontre que les séances d’essai sabotent l’espace comme le jeu car la stabilité et la confiance qui en découlent ne sont plus présentes.

Un atelier d’expression « libre » n’a rien à voir avec l’espace Clos du jeu de peindre. Leurs objectifs divergent : dans l’un « on apprend à peindre », à « faire » et on est heureux de « s’exposer » et de plaire à un enseignant ou/et à un vaste public. Au jeu de peindre, nous sommes invités à « être » nous-mêmes parmi les autres, à être dans l’instant présent sans attendre de réussite ou de récompense. Beaucoup de personnes confondent encore et pensent que le jeu de peindre offre un dispositif différent pour un objectif similaire aux ateliers d’expression libre. 

Plutôt que d’offrir des séances d’essai, organiser des séances d’informations, des conférences, expliquer et faire savoir ce que le jeu de peindre apporte d’unique, est fécond : nous sommes nombreux à être en recherche de ce quelque chose qui nous manque au plus profond de notre être et qui ne demande qu’à s’ouvrir et à s’exprimer… Le jeu de peindre est un jeu qui nous aide à retrouver la plénitude, à être dans l’instant présent, à jouir de cette vie qui vibre en nous et à la régénérer.

« Cela est à mettre en parallèle avec le syndrome d’épuisement généralisé dont souffrent les habitants de nos sociétés. Le climat de compétition généralisée et de recherche permanente de compétitivité entre entreprises, entre régions, entre pays, génère un immense besoin d’apaisement, de protection et de sécurité. Mis à part les subterfuges qui sont censés nous consoler, comme les drogues ou la consommation matérielle- et qui ne consolent pas- nous n’avons plus vraiment de refuges où suspendre notre méfiance, à tel point que se montrer véritablement authentique sur son lieu de travail nous parait un acte révolutionnaire. » P. Servigne et G. Chapelle

Recevoir les futurs participants en dehors des séances, prendre le temps de leur expliquer la structure spécifique et les règles de fonctionnement, fait partie de cette qualité relationnelle à laquelle le jeu de peindre nous invite ! Merci à Arno Stern de nous montrer l’exemple.

Futurs praticiens : soyez patient et  ayez confiance en cette structure. Ce ne sont pas les démarches commerciales comme les séances d’essai, qui, même si elles attirent un nombreux public, intéresseront peu de personnes car ces démarches sont antagonistes à l’engagement.

« En outre, vous devez savoir que pour vivre pleinement votre vitalité, il faut davantage que simplement vous débarrasser des stress de l’existence. Dans la séquence croissance–défense, l’élimination du stress vous amène seulement au point neutre. Pour vous épanouir, nous devons non seulement éliminer le stress, mais aussi chercher activement à vivre dans la joie, l’Amour et la satisfaction afin de stimuler le processus de croissance. » B. Lipton 

Ouvrons-nous aux lois organiques : tout comme un arbre planté avec soin offrira un jour ses fleurs et ensuite ses fruits, un atelier du jeu de peindre installé avec soin, confiance et rigueur apportera ses fruits au monde car le monde a besoin de cette stabilité, de cette quiétude afin que les individus se régénèrent et évoluent vers ce nouvel art de vivre ensemble.

Estelle Bieswal praticienne servante du jeu de peindre 

P.s. Vous désirez reprendre une partie ou tout ce texte? Avec plaisir. Merci de respecter mon travail et de me nommer. 

 

almapola conférence

almapola conférence

« À l’instar des cellules, les humains restreignent inévitablement leur comportement de croissance, lorsqu’ils passent en modes défenses. Ce n’est pas une bonne idée de dépenser votre énergie en croissance pendant que vous fuyiez devant un cougouar. Afin de survivre ou d’échapper au coup, vous devez mobiliser toute votre énergie pour réagir par la fuite, « geler » ou par le combat. La redistribution de vos réserves d’énergie dans la réaction de défense freine inévitablement celle de la croissance. En plus de canaliser l’énergie nécessaire aux tissus et aux organes en vue d’une réaction de défense, un autre facteur restreint à la croissance. Le processus de croissance nécessite une communication ouverte entre un organisme et son environnement. Par exemple l’absorption de nourriture et l’élimination de déchets. En revanche la défense nécessite la fermeture du système pour isoler l’organisme du danger. L’inhibition de la croissance est également débilitante car le processus de croissance ne fait pas que dépenser l’énergie mais s’avère aussi nécessaire pour en produire. Par conséquent, une réaction de défense soutenue freine la production d’énergie vitale. Plus longtemps vous restez en mode défense, plus vous compromettez votre croissance. » Bruce Lipton 

 

Terres Unsoeld et Fabien Maman reviennent pour 2 stages en novembre

25 mai 2017

 Les 8 Qi Mo   Diapasons Thérapeutiques et Couleurs

sur les 8 Méridiens Extraordinaires

avec Fabien Maman & Terres Unsoeld

le 17,18 et 19 novembre 2017

Basée sur les 8 Merveilleux Vaisseaux de la Médecine Chinoise Traditionnelle, cette puissante technique d’application des diapasons et des couleurs contribue à élever l’énergie de ces points Maitres vers les niveaux de conscience les plus subtils des chakras et de leurs d’énergie associés, composant la texture de notre champ d’énergie, de notre Aura.

Terres Unsoeld enseignera sa nouvelle technique, appelée « Sound Shiatsu » : chasser l’énergie le long des zones des méridiens d’acupuncture, avec des intervalles musicaux particuliers utilisant les diapasons classiques de Fabien. Cette technique offre un soulagement facile à des maux et des douleurs dans les genoux, les épaules et les chevilles, etc.

Pour les praticiens, cette approche totale est une opportunité sans précédent de révéler l’être dans toutes ses dimensions et de contribuer à l’expansion de l’âme dans son chemin intérieur, en renforçant le Tian Gui, tout en libérant les malaises du corps physique.

 

Tarifs et règlements

Tarif: 450€

Tarif “EARLY BIRD” : 400€ si la totalité de la somme est réglée avant le 15 octobre

2017 (sans remboursement)

Tarif étudiants Tama-Do ayant déjà participé à ce cours : 225€

Lieu du Cours

Almapola

556 Avenue de la couronne 1050 Bruxelles tel 0485/646835

Horaire 10H à 17H30

Informations et Inscription: Estelle Bieswal

estelab3@me.com Tel.32 /485 64 68 35

Nombre de places limité- pré-Inscription demandée

 

 Chamanisme de la Lumière

Les Arbres Maîtres et les Étoiles de l’Âme

avec Terres Unsoeld & Fabien Maman

20-21 Novembre 2017

 

Terres Unsoeld présentera sa nouvelle approche de la guérison : « Le Chamanisme de la Lumière » à travers l’Energie et la Spiritualité, sujet de son prochain livre (sortie en été 2017 chez Trédaniel). Elle enseignera comment découvrir la véritable essence de notre Âme en explorant notre Flèche de la Destinée et ses « cadeaux » cachés, portes initiatiques que nous allons rencontrer dans notre voyage spirituel vers la Lumière.

Synthèse de l’Astrologie Druidique des 8 Arbres Maîtres aux Etoiles Maîtresses des 8 directions, cette approche thérapeutique nouvelle relie psychologie énergétique et spiritualité.

Enfin, Fabien Maman nous aidera à interpréter notre diagramme astrologique d’un point de vue plus spirituel.

Réveillez le potentiel de votre   à travers ce merveilleux voyage, que vous soyez praticien énergétique ou personnellement en quête de réponses sur votre chemin spirituel.

Tarifs et règlements

 

Tarif: 350€

Tarif “EARLY BIRD”: 300€ si la totalité de la somme est

réglée avant le 15 octobre 2017 (sans remboursement)

Tarif étudiants Tama-Do ayant déjà participé à ce cours : 200€

Lieu du Cours

Almapola

556 Avenue de la couronne 1050 Bruxelles tel 0485/646835

Horaire 10H à 17H30

Informations et Inscription: Estelle Bieswal

estelab3@me.com Tel.32 /485 64 68 35

Nombre de places limité- pré-Inscription demandée

 

 

 

Un enfant est-il un artiste?

8 mai 2017

L’étymologie d’un mot fait comprendre d’où il vient, l’observation de son usage dans notre langage actuel nous permet de voir ce qu’il évoque. Vers où il évoluera est encore mystère et dépendra de notre conscience actuelle.
Alors d’où vient le mot artiste ? Ce mot indique un nom de métier qui provient du mot art :  

 Qui fait l’action de, qui s’occupe d’art  (Comme un dentiste s’occupe de dents, un fleuriste de fleurs,… ). Les métiers qui se terminant par -iste sont plus récents, il nous montre une évolution de la société vers des métiers que de plus en plus spécialisés.

Quelle est étymologie du mot art ?

Il vient du latin ars : habileté, métier, connaissance technique ».
voici une définition du mot ArtisteQuelqu’un qui a fait de son habileté, sa connaissance technique, un métier, quelqu’un qui est habile dans une certaine discipline, quelqu’un considéré comme oisif, marginal ou asocial, voire de fou (XXe siècle).

Alors est-il possible qu’un enfant soit un artiste ?

Est-ce qu’un enfant est habile dans une certaine discipline ? Si votre réponse est oui, à partir de quel âge ? Est-ce qu’un enfant est un être oisif, marginal voire fou ? 
Je réponds non à toutes ces questions. Les mots ont le pouvoir aussi de clarifier nos idées, ainsi que nos pensées et quand ils sont utilisés avec justesse, ils sonnent justes! Et résonnent au plus profond de notre être, c’est leurs pouvoirs vibratoires !
 Quand un adulte dit à un enfant qu’il est un artiste, il l’enferme dans une fonction qu’il n’a pas choisi et qui n’a pas les capacités actuelles d’exercer ou et dans un adjectif qui peut-être très péjorative. Un mot se charge avec l’histoire, de nos petites histoires individuelles, il entre dans l’inconscient collectif. Quand le mot « artiste » est évoqué aujourd’hui nous percevons une ambiguïté allant d’une personne oisive à une personne habile, les dictionnaires récents ont même ajouté « demi-artiste » « pseudo-artiste ». Dans son utilisation, nous transmettons cette confusion à la génération suivante.

Nous en connaissons de plus en plus sur le fonctionnement du cerveau et nous n’ignorons pas aujourd’hui que celui d’un enfant à la particularité de fonctionner en onde thêta et delta. C’est-à-dire que le cerveau de l’enfant est la majorité du temps en état hypnotique toutes ses premières années. Il apprend par expérience à une rapidité inouïe. Tous ses sens sont en éveil pour enregistrer un maximum d’informations.Il y a en lui comme en nous, un objectif biologique « vivre et croitre » Malheureusement cette objectif biologique se transforme très, trop rapidement en « Survivre et se défendre » Pourquoi ? Parce que l’environnement, c’est-à-dire tout ce que nous faisons vivre à l’enfant, nos émotions, nos pensées, nos croyances entrent en résonance immédiate avec l’inconscient de l’enfant. Si nous croyons ou pensons qu’il est un artiste en miniature, nous l’enfermons dans un métier, un rôle qu’il n’a pas choisi et se mettra dans une position défensive, personne n’aime être enfermé dans quelque chose. Si au contraire, nous pensons à juste titre qu’il est créateur, nous lui ouvrons tous les possibles de la vie.

Grâce aux recherches biologiques et à l’épigénétique, nous savons aujourd’hui que tous les enfants ont d’énormes potentiels qui germent en eux et qui se développeront suivant l’environnement et non comme nous l’avons cru trop longtemps, suivant une détermination génétique.

L’enfant est créateur et nous aussi !

Et là, nous ouvrons la porte de tous les possibles ! Car la création est dans tout ! Que nous soyons artisans, ingénieurs, médecins, instituteurs, ou artistes, un adulte heureux est un être créatif !
Nous aussi adultes, sommes créateurs, même si beaucoup d’entre nous n’en n’ont plus conscience

Avec nos pensées, nos croyances, nous créons une société ! Nous regardons le monde qui nous entoure avec les lunettes de nos croyances et de nos pensées. Quand nous confondons la trace spontanée d’un enfant avec celle d’un artiste, nous créons de la confusion et des illusions en lui !

J’ai longtemps pensé moi aussi que les activités artistiques à l’école ou ailleurs apporteront un plus à l’éducation. Je me suis investie une dizaine d’années dans des projets artistiques dans diverses écoles.

Malheureusement, je constate et affirme que ce n’est pas de cela que l’enfant a besoin. Ce ne seront pas plus de visites au musée avec des enfants de plus en plus jeunes ou des ateliers d’art à la crèche qui soutiendront le processus naturel de la créativité de l’enfant.

Après l’expérience de plusieurs générations qui ont ‘bénéficié d’une éducation artistique’, nous ne pouvons que faire le constat d’une société de plus en plus appauvrie en créativité, de moins en moins joyeuse et de plus en plus consommatrice.

La photographie par exemple est devenu un médium extrêmement facile et accessible à tous, plus besoin de cours et d’investissement couteux, il suffit de cadrer et d’appuyer sur un bouton de son téléphone et nous avons une photo que nous pouvons instantanément diffuser !. Sommes-nous tous devenus des artistes photographes pour autant ?
 Regardons le film de Wim Wenders sur la vie de Sebastiao Salgado ‘Le Sel de la Terre’. Nous découvrons un homme qui s’est engagé corps et âme dans des projets afin de transmettre un message au travers la photographie. Sur les traces d’une humanité en pleine mutation, il a parcouru le monde et partagé le quotidien de ceux qu’il a photographié. Au travers son œuvre, nous recevons un témoignage unique sur la vie d’autres hommes, sur la beauté de la planète. La pérennité d’une œuvre dépend énormément de l’engagement de son auteur et de l’universalité du message qu’elle porte…

Une autre évocation du mot art est l’habileté, la connaissance technique. Pour des métiers comme l’ébénisterie, la lutherie, la musique, la céramique, c’est très clair, vous savez faire un meuble, jouer d’un instrument, car vous avez appris d’un manière ou d’une autre ou vous ne savez pas le faire. Si vous désirez savoir le faire, vous allez y consacrer du temps et de l’énergie pour y arriver. En ce qui concerne la peinture, c’est devenu beaucoup plus floue. Un des raisons est qu’ à l’avènement de la photographie, la peinture s’est affranchie de la fonction de transmettre une information au monde par l’image. Une autre raison est la confusion entre l’expression et la communication ce que j’expliquerai un plus tard et plus en détail dans un autre article.

En confondant des démarches artistiques d’adultes, nous avons illusionné des enfants en leur faisant croire qu’il suffit de faire quelques effets hasardeux ou artificiels sur une feuille pour en faire une œuvre d’art. Penser que barbouiller, c’est peindre, qu’il est nécessaire de se défouler pour se laisser aller, c’est méconnaitre les dispositions spontanées d’un enfant. Toutes ces expériences ont des malheureuses conséquences sur l’évolution de leurs capacités comme celle de ne pas développer une habileté manuelle, d’être très vite découragé ou trop vite satisfait d’u n travail bâclé. La réalisation d’un travail fait avec patience et rigueur nous apporte la fierté et la joie profonde d’avoir su le faire et donc de pouvoir le refaire. C’est la joie qui produit les endorphines dont nous avons besoin pour être heureux.

Cependant plus grave encore que l’illusion est l’état de dépendance dans laquelle nous avons mis une grande partie de cette jeunesse qui ne peut plus s’amuser sans « substances », qui ne peut plus sentir sa propre puissance sans devoir se comparer, ce qui donne le succès commercial à tous les concours télévisuels. Pour se sentir fort, pour se laisser aller, pour se sentir créatif, pour être heureux la société occidentale propose une solution extérieure, de l’extasy à l’alcool, de l’ayahuasca aux médicaments, parce qu’elle a perdu confiance en nos capacités biologiques ; de régulation, d’équilibre, de différenciation et de coopération.

En regardant la trace spontanée d’un enfant comme une œuvre d’art ou en questionnant l’enfant sur sa trace, nous nous introduisons dans un univers qui ne nous est pas destiné. Si de plus, nous la commentons en louange ou en critique, cela déstabilisera le monde intérieur de l’enfant.«Les louanges ne sont pas un moindre piège » disait déjà Jung en son temps. 
Quand nous exposons les traces ou les peintures d’enfants qui n’ont encore la capacité d’affirmer un choix, nous nous accaparons de leurs intimités pour les exhiber au monde, les répercussions sur sa psyché en sont pour le moins abyssales. 
Les difficultés de concentration, les troubles de l’attention, les difficultés à être qui nous sommes et à trouver notre chemin, à s’affirmer sans écraser, le manque de confiance en nos capacités, nos agitations constantes, nos doutes viennent de l’environnement dans lequel nous avons vécu et non d’un problème génétique.
L’homme occidental s’est perdu et se perdra encore plus s’ils ne changent pas radicalement sa façon d’être et de vivre sur cette planète ainsi que la façon dont il éduque ses enfants.

« Tout est en nous » Amma

Nous avons tous la capacité de tracer, c’est en nous comme la capacité de marcher ou de parler. Quand nous donnons un crayon à un enfant, qu’il vive en ville ou de la nature, dans la pauvreté ou dans la richesse, il tracera. Et cette trace n’a pas la même fonction que le dessin qui signifie « désigner ». Tout ceci s’est Arno Stern qui nous l’a fait découvrir grâce à ses nombreuses années d’expérience et ses recherches qui l’ont mené partout dans le monde auprès des populations épargnées par notre civilisation. Arno Stern a fondé en 1987 l’Institut de Recherche en Sémiologie de l’Expression I.R.S.E.
Né à Kassel en 1924, sa vie se confond avec son œuvre et son message interpelle tous ceux qui croient en ces qualités inexplorées de l’être humain auxquelles une pratique dépouillée d’artifices peut donner une expression naturelle, régénératrice et une attitude créatrice dans l’existence.
J’ai une énorme gratitude vis-à-vis de lui pour son courage d’avoir persisté à continuer à transmettre ses connaissances malgré les hostilités d’un monde qui pendant longtemps n’a voulu pas savoir.

« Le principal fléau de l’humanité n’est pas l’ignorance, mais le refus de savoir » Simone de Beauvoir

Avec une observation et une éthique remarquable, il a trouvé bien avant les biologistes, les neurophysiologiques, les généticiens, les embryologistes, les analystes, l’existence d’une mémoire organique.
En 1978, il écrit « Antonin et la mémoire organique ».
Arno Stern a nommé ce tracé organique « La Formulation ». Pour permettre l’Expression de celle-ci, une attitude tout à fait différente s’impose ce qu’Arno Stern communique dans de nombreux livres .

« Lorsqu’une personne est assurée que nul ne réagira à sa trace, elle développe une conscience de quiétude insoupçonnable ; et cela permet la connexion avec des circuits qui n’ont pas pour fonction la communication, mais une sécrétion bénéfique… »Arno Stern

La Formulation ne s’oppose pas à l’Art.

 L’Art et la Formulation ont des fonctions différentes. L’expérience du jeu de peindre, les 70 années de recherches d’Arno Stern prennent tous son sens à être connues auj ourd’hui, car elle ouvre une porte à des dispositions spontanées à vivre heureux ensemble, ce qui est biologiquement latent en nous !

Attention, il ne suffit pas seulement de changer de vocabulaire comme il est aussi inutile de faire semblant d’y croire et de lui cacher nos doutes en ses capacités créatrices, comme dans les nôtres ou de tricher avec ce que nous ressentons. L’enfant a la capacité de tout ressentir ! Plus nous sommes conscients de ce qui nous habite, plus nous serons capables de transformer nos malaises, nos peurs en confiance, et abandonner nos vieilles croyances afin d’évoluer et d’expérimenter la vie avec créativité et bonheur !

La pratique de la Formulation nous ouvre un monde intérieur immense, infini. La joie de peindre sans intrusion, nous libère profondément et nous invite à entrer dans nos racines personnelles et à réaliser le mystère de qui nous sommes. Celle-ci nous permet de trouver sans le chercher, notre verbe afin de pouvoir l’affirmer vers le monde extérieur, sans écraser tout ce qui est autre autour de nous et sans attente de récompense ni de gloire extérieure. La pratique de la formulation et du jeu de peindre nous ouvrent à la différence de l’autre et à la joie de le voir non pas comme un concurrent mais comme quelqu’un avec qui partager nos différences.

Comme Descartes affirmait : « Je Pense donc je Suis », je me permets d’affirmer ici « Je Trace donc Je Suis » et j’espère de tout mon coeur, que vous aussi traciez votre chemin qui comme vous et moi est unique et que nous cheminions ensemble pour le bonheur de tout ce qui vit sur la Terre.

La créativité est une ressource incontournable pour le changement de société auquel nous devons faire pour simplement survivre sur cette planète.
 Laissons aux enfants le temps d’être des enfants… C’est-à-dire de jouer sans attente de résultat et de vivre le présent. Pour les générations à venir, devenons des adultes responsables, pacifions notre monde intérieur et créons des petits mondes de quiétude et la paix reviendra naturellement…

 

 

 

Estelle Bieswal

Mai 2017

 

Comment préserver la créativité spontanée des enfants?

11 avril 2017

Prochaine journée samedi 16 septembre 2017

Une journée pour « éduquer en conscience »

« Fais-moi un beau dessin » , « Regarde comme mon enfant est doué, il n’a que 5 ans!… » »Explique-nous ce que tu as peint? » .. sont des phrases anodines encore aujourd’hui prononcées par de très nombreux adultes même dans les pédagogies « alternatives »…

 L’enfant pense qu’il ne sait pas, en fait il ne sait plus! 

Le doute s’est installé comme il s’est installé en nous depuis longtemps!  Nous doutons des capacités innées de nos propres enfants! Nous pensons que certaines personnes sont nées créatives et d’autres pas, nous mélangeons l’art et l’expression, communication et expression, liberté et anarchie…Trop nombreux sont encore les adultes qui pensent qu’on stimulera la créativité d’un enfant par l’éducation artistique, par des visites aux musées, par un surplus de connaissances et d’activités…

« Très tôt dans sa vie , c’est à dire vers 1ans1/2, le petit enfant découvre la possibilité de tracer. D’abord limitées, ses capacités motrices évoluent très vite, selon un déroulement programmé. La trace, qui nait spontanément, appartient à un code universel. Elle n’est jamais imparfaite. A chacun des stades, elle correspond totalement à une nécessité.
Si personne n’intervient, si personne ne détourne cette manifestation de son rôle essentiel, pour en faire un objet destiné à un récepteur, l’enfant développe un jeu aux infinies ressources et qui l’accompagnera toute sa vie.
Un enfant n’est pas doué, n’est pas démuni. S’il est sans désir, sans enthousiasme propre à l’enfance, c’est à cause de son éducation.  »  Arno Stern

Le message d’Arno Stern interpelle tous ceux qui croient en ces qualités inexplorées de l’être humain auxquelles une pratique dépouillée d’artifices peut donner une expression naturelle, régénératrice, une attitude créatrice dans l’existence.

Les 70 années d’expérience du Clos-lieu ont tracé un nouveau chemin pour l’humanité, un chemin dans l’individu s’affirme sans écraser l’autre, s’exprime librement sans se détruire par de la drogue ou autre produit pour pouvoir se laisser aller à une expression spontanée.

Quand l’adulte reconnait ses capacités spontanées en lui-même, il devient conscient et préservera les générations à venir..

 

En savoir + onglet  formation

 

 

Conférence un nouveau regard sur l’enfance au travers l’expérience du jeu de peindre

12 février 2017

 

Un nouveau regard sur l’enfance au travers l’expérience d’Arno Stern et du jeu de peindre

Mercredi 15 mars à 19H suivi de la projection du film alphabet à 20H30 Participation libre et consciente

Les 70 années expériences d’Arno Stern et du jeu de peindre, ainsi que les recherches de Bruce Lipton (la biologie des croyances)  permettent  d’affirmer  que chaque individu nait avec un énorme potentiel de capacités qui se développeront dans un environnement favorable. L’idée que certaines personnes naissent douées et d’autres pas est une croyance révolue, tout dépendra de l’environnement. Alors quel environnement offrir à nos enfants afin de préserver ces dispositions spontanées  sera le sujet de cette conférence qui sera suivie  d’une journée de formation et de réflexion le vendredi 21 avril 

Les bienfaits du son et de la musique sur notre santé

13 janvier 2017

Conférence

Mercredi 1 février à 20H

Nous vivons dans un vaste océan de son et de vibrations. Le son ne touche pas seulement  notre oreille mais notre corps entier jusqu’à nos plus petites cellules. Les vibrations atteignent divers niveaux de notre être, physique, émotionnel, mental et spirituel. L’homme, depuis la nuit des temps, utilisent les sons et la musique pour ses effets thérapeutiques.

Cette conférence s’adressent à toutes personnes qui souhaitent découvrir divers champs d’application des sons et des musiques thérapeutiques ainsi que des pratiques simples et efficaces qui améliorent notre santé comme notre quotidien.

Cette conférence sera suivie de deux ateliers:

le vendredi 3 et samedi 4 février de 14H à 15H30

Cette conférence et ateliers seront donnés durant la semaine du son qui se déroulera à Bruxelles.

Ceux-ci sont entièrement gratuit avec une inscription obligatoire au préalable.

Attention le nombre des places est forcément limité!

vibration gong lumière tamisée

La semaine du Son

16 décembre 2016

se déroulera à Bruxelles du 30 janvier au 5 février.

Je proposerai à Almapola des ateliers découvertes ainsi qu’une conférence le mercredi 1 février à 20H 

Vous découvrirez comment le son peut améliorer votre quotidien, votre santé  ainsi que  votre vision de la vie!
Tama-Do

Tama-Do

Offrir un moment de détente..

3 décembre 2016

almapola-086

Quelle joie d’offrir aux gens qu’on aime un moment agréable. Cette nouvelle forme de relaxation surprendra la ou les personnes à qui vous l’offrez et fera de vous un initiateur…

Tout en douceur et en respect de l’intimité, la personne reste habillée, le massage sonore Peter Hess vous transporte dans un autre univers, l’univers des vibrations, des harmoniques qui nous invitent à savourer l’harmonie en nous et autour de nous. Le massage sonore a de nombreux bienfaits pour la santé. Il peut aussi se pratiquer en couple, en famille ou entre amis. Pour les tarifs de groupe veuillez me consulter.

 

La Colonne Musicale

5 novembre 2016

La Colonne Musicale

Fabien Maman a créé une technique aussi simple que performante utilisant les diapasons, les modes musicaux des saisons et la couleur, appliquée le long de la colonne vertébrale afin d’harmoniser le système nerveux, les chakras et les corps d’énergie subtils.

Au cours de ces deux journées, en plus d’apprendre à se servir efficacement de la puissance des diapasons et de leurs couleurs associées, il sera enseigné comment évaluer le déséquilibre des différents corps énergétiques et comment utiliser les intervalles sonores cohérents qui permettent au flux énergétique  de circuler avec fluidité et de ramener l’état de santé.

La zone du méridien vessie de part et d’autre de la colonne est la zone réflexe la plus importante du corps physique car elle touche toutes les fonctions du corps. Une manière puissante d’harmoniser ces fonctions par le biais des points réflexes sans troubler les organes eux-mêmes.

La colonne musicale est un enseignement et une expérience personnelle puissante. C’est une technique idéale pour soulager les déséquilibres du dos, les tensions et les blocages liés aux traumatismes de l’enfance. Cette formation est  particulièrement recommandée aux thérapeutes souhaitant ajouter à leur pratique la couleur et le son.

Date : 24 et 25 novembre 2016 de 9H30 à 17H30

Tarifs et règlements

Inscription normale : 360€

Inscription à l’avance «Early Bird» : 300€ à payer en totalité avant le 1er octobre  (non remboursable) sur le compte asbl Almapola BE89000420784885 BIC BPOTBEB1

Arrhes : 100€ à l’inscription

Pré-inscription souhaitée  car Fabien Maman et Terres Unsoeld viennent des USA.http://tama-do.com/